Newsletters

LES MOTS

La plume d’argent dresse sur la feuille blanche des lettres à l’encre noire que les hommes de jadis ont su agencer en parfaite  harmonie  pour  transmettre  leur pensée. Portant  en lui le message du passé, du présent,  de  l’avenir, le mot  nous  permet  d’extraire de l’histoire des leçons qui nous accompagnent au quotidien, pour nous conduire vers l’avenir.

Le mot juste est porteur  d’expérience. Le mot possède la force de pénétrer dans les fibres de l’être pour le buriner.  La lecture le façonnant au fil des jours et des années, il s’apercevra que l’existence est bien un puzzle qu’il faut assembler pour qu’apparaisse l’image. Ainsi l’homme peut se sculpter au moyen de tout ce qu’il ressent, goûte, voit, entend,  touche, lisant le roman de sa vie.

Le mot porte en lui une parcelle de lumière, cette étincelle qui induit  la métamorphose  progressive  de celui qui choisit de l’accueillir en toute simplicité. Lorsqu’un enfant vient au monde, ses parents  repèrent  le prénom  qu’ils donneront  au nouveau-né.  La tonalité de ce vocable entre alors en résonance au plus profond du tout-petit et l’accompagnera, le soutiendra pour  ce voyage au long cours. C’est ainsi qu’Hélios nous  a donné  Hélène  qui  ensoleille de nombreuses petites filles. Le plus célèbre Opéra  du monde a été baptisé La Fenice. Il s’est envolé en fumée par deux fois depuis  sa  naissance.  Mais le phoenix,  l’oiseau mythique, sait renaître de ses cendres…

Quand  un  malheureux  reçoit  une  carte  de vœux portant le mot bonheur, il pénètre en lui une transformation; un petit rien, pouvant  le combler de la plus grande joie. De même le malade qui prononce guérison, verra  une lueur  se lever devant  lui ; le vertige disparaîtra,  la tige irriguant le verbe à nouveau.

Meilleurs Voeux pour la nouvelles année !

 

Nous devons nous délecter des mots qui nous plaisent en sachant que le bien, comme le mal, peuvent se retrouver dans l’agencement d’un ensemble de lettres. Si l’on se laisse prendre  au piège de la malédiction, quelque chose se manifeste en nous, nous faisant comprendre  notre erreur.  Contournant alors le précipice, nous choisissons de faire germer en nous la paix, l’amour, la réjouissance, la sérénité, l’espérance. Les soucis sont masqués et disparaissent à jamais dans l’abîme. C’est par la force du mot que le verbe se fait chair.