Le sucre, un ami du coronavirus ?

Le confinement est une nécessité absolue pour faire face au coronavirus avec efficacité mais, de nombreuses personnes, enfermées et angoissées, vont se mettre à grignoter des sucreries pour occuper le temps qui passe lentement...

Les sucres consommés en excès saturent le travail de nos sucs digestifs et, mal digérés, rentrent rapidement en fermentation, produisant des substances acides qui vont perturber l'équilibre de notre flore digestive.
La flore intestinale est un écosystème d'une rare complexité, associé à l'intestin et composé d'une grande variété de micro-organismes.
Dans des conditions normales, cette flore est constituée d'environ cent mille milliards de bactéries variées et bénéfiques, notamment fixées à la paroi intestinale : c'est le phénomène d'adhésion. La flore digestive constitue donc une barrière efficace pour empêcher le passage des germes néfastes dans notre organisme en stimulant les cellules immunitaires de défense. Les excès de sucreries, certains usages thérapeutiques (antibiothérapie, corticothérapie, chimiothérapie) mais également le stress répété, induit par le rythme de la vie moderne et, actuellement, la peur engendrée par l'épidémie, conduisent à des dysfonctionnements de notre flore digestive. Cela peut contribuer à une baisse de nos défenses immunitaires qui retentit sur tout l'organisme !
La surconsommation de glucides peut aussi aggraver les remontées acides œsophagiennes, débordant sur le secteur ORL (surtout chez les personnes âgées, la nuit, en cas d'hernie hiatale), provoquant un état inflammatoire des muqueuses, affaiblissant ainsi les défenses locales.
Enfin, les tissus ORL et digestifs ont la même origine embryologique ! En effet, chez les mammifères, un des trois feuillets de base qui vont former l'embryon, l'endoderme, donne naissance à l'épithélium qui tapisse le tube digestif et les voies respiratoires.
Ainsi, un état inflammatoire chronique du secteur digestif peut favoriser plus facilement une irritation de la zone ORL par cette affinité embryologique de muqueuse, entraînant une sensibilité accrue aux différentes charges virales.

J'ai amélioré définitivement de nombreuses personnes atteintes d'infections ORL récidivantes à longueur d'année en conseillant une diminution de la consommation de glucides dans leur alimentation quotidienne !

Que ces quelques lignes puissent vous aider à mieux résister au coronavirus !

N.B.  En aucun cas, ces conseils d'hygiène vitale et d'alimentation saine ne pourront se substituer ou supprimer le traitement médical en cours s'il y en a un. Le but de ces quelques lignes est de donner un enseignement sanitaire et non de soigner une maladie particulière.