LE BON SENS ou le SAVOIR-VIVRE

Le véganisme : un attentat à la santé !

Dès 1968, nous avons vu fleurir en France de nombreux et variés systèmes alimentaires, souvent en réaction au mécontentement général concernant notre société occidentale.

Les années 80 et 90 ont été une période de répit vis-à-vis de la pratique de ces régimes fantaisistes. L’incertitude de l’avenir, la vie stressante et polluée, ont favorisé une nouvelle attraction vers le végétalisme.
Certes, une alimentation plus saine et la pratique de méthodes pour améliorer le corps et l’esprit me semblent légitimes à notre époque où la vie moderne est devenue si trépidante !

Cependant, certaines pratiques peuvent, à long terme, être dangereuses pour notre santé même si celles-ci sont convaincantes pour la plupart d’entre nous !

Certains adeptes du véganisme sombrent rapidement dans la fatigue comme j’ai pu le constater si souvent dans mon cabinet en consultation !

  • Pourquoi cette dame crudivore a-t-elle eu une aménorrhée brutale ?
  • Pourquoi cet enfant élevé au lait de soja termine-t-il sa croissance dans un corset ?
  • Pourquoi cet étudiant macrobiote, prodige jadis, n’arrive-t-il plus à se concentrer sur son travail ?
  • Pourquoi ce frugivore, autrefois en bonne forme a-t-il aujourd’hui si souvent des infections ORL à répétition ?

Dans la pratique du régime végan, tous les aliments végétaux sont autorisés et tous ceux d’origine animale sont éliminés.

L’adepte de ce mode de nutrition va, pendant quelques jours à quelques semaines se sentir mieux. En effet, il a supprimé plusieurs catégories d’aliments, il fait donc une diète et son organisme va se nettoyer … Poursuivre des mois, des années sur une telle voie va conduire les adeptes à la catastrophe car des carences vont alors s’installer progressivement dans leur corps !

Il faut comprendre que les protéines végétales ne sont pas disponibles comme les protéines animales ! Elles ne contiennent pas tous les acides aminés indispensables à leurs assimilations ! Il faut donc les associer entres elles. Cependant notre tube digestif peut avoir des difficultés pour extraire ces précieuses substances car les acides aminés végétaux sont enfermés dans des fibres non attaquables par nos sucs digestifs ! Ce n’est pas le cas des protéines animales qui contiennent la totalité des acides aminés nécessaires à leurs assimilations.

L’individu, adepte du véganisme, ne va plus trouver tous les éléments qui lui sont indispensables. L’organisme va alors puiser dans ses propres réserves pour parfaire son fonctionnement.  C’est la porte ouverte à la fonte musculaire, à  la déminéralisation et parfois à  la dépression immunitaire qui peut entrainer l’apparition de graves et irréversibles maladies !

 

SERGE LEAUTIER